Rechercher
  • Milena Piccoli

La belle histoire du vendredi


J’adore les vendredis, je vous l’ai déjà dit. Les vendredis tout est permis. Pas de devoirs pour les petits que peuvent les faire le samedi, pas de limites pour les grands qui peuvent dormir le jour suivant. On peut sortir avec les potes, faire la bringue et se coucher tard. On a deux jours pour récupérer, deux jours encore pour festoyer, faire grasse mat et trainer, visiter, se relaxer (désolée pour ceux qui bossent et les parents de petiots.)

Pour que le vendredi soit encore plus joli, je vous propose de vous conter une belle histoire, un peu comme le conte du soir de quand on était petit : le conte du vendredi.

Aujourd’hui donc : le conte de l’Ubuntu.

Un anthropologue avait caché des fruits dans un panier près d'un arbre et a dit à des enfants d’une tribu africaine qui l’entouraient, que le premier qui les trouverait gagnerait tous les fruits.

Quand il donna le coup d'envoi, tous les enfants se sont donné la main et ont couru ensemble pour trouver le panier, puis ils se sont assis tous ensemble pour déguster les fruits.

Lorsque l' anthropologue leur a demandé pourquoi ils avaient couru ainsi alors qu' un seul aurait pu gagner tous les fruits, ils répondirent "UBUNTU", expliquant « Comment l' un de nous pourrait-il être heureux si tous les autres sont tristes ?

Ubuntu, signifie en bantou « je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ». L’ubuntu renvoie à la notion de partage et de respect. Il souligne l’interdépendance entre les individus et les peuples et la responsabilité qu’ils ont les uns envers les autres. Comme si nous formions tous une seule famille, où tout ce partage et où ce même partage permet à chacun de se construire mutuellement. Nous sommes tous frères et sœurs. Lorsqu’un homme n’ a pas de quoi se nourrir, tous les hommes souffrent alors de cette faim. Lorsqu’un est maltraité, nous en ressentons tous la douleur.

D’après Desmond Tutu : « Quelqu'un d'ubuntu est ouvert et disponible pour les autres, dévoué aux autres, ne se sent pas menacé parce que les autres sont capables et bons car il ou elle possède sa propre estime de soi et qu'il ou elle est diminué quand les autres sont diminués. »

Dans la troupe de théâtre, on a un peu la même philosophie. Il faut que toutes les actrices brillent pour que le spectacle soit lumineux. Si une seule scintille, elle fait de l’ombre aux autres et le résultat s’en ressent. Si on ne partage pas toutes le même plaisir à être sur le scène, le spectateur est le premier à s’en rendre compte. Plus le succès d’une pièce est partagé, plus la salle est comblée.


6 vues0 commentaire

© 2020 par Milena Piccoli Acting & Coaching.